Calanques : escalades en 5c/6a – J1 Castelvieil

Daniel, grimpeur palois, « éduqué » par Christian Ravier himself, souhaite parcourir les falaises du massif des Calanques: 3 jours entre Castelvieil, le Cap Canaille et l’Eissadon  (les séjours Calanques, c’est aussi à la carte!).

Jour 1 : les falaises de Castelvieil

Pour commencer, faire connaissance, direction le plateau de Castelvieil pour découvrir les voies modernes du secteur sud-ouest en 5c-6a, face au large.
Après une descente en deux rappels de 45 m (par la Lune et le Sabre), nous accédons à une large vire au dessus de l’eau : ici, à la bonne saison, la baignade serait très tentante!
Une première montée par Vide et Eau et ses 4 longueurs très homogènes qui nous redéposent au plateau. Sans hésiter nous repartons dans la ligne de rappel pour enchainer avec les 4 longueurs du Muet qui rit.

Deux voies incroyablement continues dans le niveau 5c-6a, un équipement moderne, un rocher neuf, une ambiance blanc et bleu typique des Calanques : voilà de quoi qualifier cet enchainement de grande classique majeure.

Jour 2 : 2 vauriens 3 canailles au Cap Canaille
Jour 3 : calanque de l’Eissadon

 

3 thoughts on “Calanques : escalades en 5c/6a – J1 Castelvieil

  • Ping : Calanques en 5c-6a : J3 à l'Eissadon • escalade

  • Ping : Calanques en 5c/6a - J2 au Cap Canaille • Crescendo

  • 26 mars 2016 à 18 h 55 min
    Permalink

    Magnifique, grandiose, époustouflant! Les superlatifs manquent pour décrire cette journée d’escalade dans les Calanques. Il y a tout ce que j’étais venu chercher: paysages superbe, ciel bleu, rocher blanc et mer verte, voies abordables sur de l’excellent caillou (je n’ai rien contre le caillou patiné par Georges Livanos ou Gaston Rebuffat lui-même, mais poser le pied sans craindre la zipette traitresse, c’est bien aussi…).
    Mais pour profiter de tout ça dans les meilleures conditions, il fallait un élément aussi indispensable que du beau temps et du joli caillou: un guide. En effet, les voies des Calanques ne se laissent pas apprivoiser facilement. L’approche est longue, plus d’une heure, et pas évidente. Si l’on arrive facilement à la plage d’En-vau, il faut ensuite trouver le sentier qui va bien, bien négocier le passage en 3-4 bien patiné qui conditionne l’accès au sommet du plateau de Castelviel, puis trouver la bonne ligne de rappels. Moi qui pensait qu’il n’y avait qu’au Verdon qu’il fallait descendre en rappel pour atteindre le pied des voies!
    Et ce guide, c’est Charlie. Garçon aimable et chaleureux, il connait très bien le massif, il a su choisir les voies, pas forcément évident quand on ne connait pas le grimpeur, il trouve les rappels, tire les cordes sans les coincer et il porte le sac. Il n’y a plus qu’à grimper. Que demander de mieux? Tu veux grimper en tête? Pas de problème.
    Des conditions idéales pour découvrir la grimpe dans les Calanques, et une superbe journée, qui n’était que le prélude à 2 autres magnifiques journées de grimpe, au Cap Canaille puis dans le secteur de l’Eissadon. Mais ceci est une autre histoire…
    Daniel, grimpeur Palois conquis.

Les commentaires sont fermés