Découverte escalade : Eissadon et Bec de Sormiou

Retour sur deux jours de découverte escalade en grande voie dans le massif des Calanques pour Meggy et Thomas. (plus d’infos sur les séjours escalade)

Eperon ouest à l’Eissadon

Une première journée immersion dans le massif, direction la Calanque de l’Eissadon pour aller parcourir l’éperon ouest  (après avoir visité en son temps le secteur de l’arête est).
Au programme une journée sportive et panorama grandiose, Lire la suite

Formation DEJEPS canyon : grandes courses

Comme l’an passé, me voilà à accompagner le CREPS de Montpellier sur un stage de formation canyon et une certification des futurs diplômés. Privilège ô combien stimulant et passionnant de participer à l’encadrement et à l’évaluation des stagiaires dans les canyons des Hautes-Alpes. Dernière mise en situation pour les futurs pro, l’objectif est ici la formation de leurs élèves (pompiers et individuels) pendant les premiers jours pour ensuite les encadrer dans les grandes courses de Freissinières (les Oules et Chichin), ultime épreuve pratique!
Merci à l’équipe du CREPS de Montpellier pour leur confiance et leur amitié, bravo pour la formation, j’ai été cette année assez impressionné par les qualités des stagiaires, de futurs professionnels très au point!

Pour ceux que cela tente, les niveaux d’eau sont, ce début d’automne,
parfaits, visitez la page canyon ou contactez moi

Torrent de l’Eychauda

Premier jour d’encadrement des publics dans le torrent de l’Eychauda. L’occasion de voir et/ou revoir les techniques de progression sur cordes, les fondamentaux, d’évaluer le public…  au soleil… à tel point que Claude finira la deuxième partie en caleçon : l’élégance!

Cascades du Miroir

Pour ce deuxième jour, les plus aguerris (stagiaires et publics) vont dans les cascades de la Pisse à Ceillac, plus connues sous l’appellation « Formes du Chaos » en hiver – incontournable pour les glaciairistes. Une faille profonde, du dénivelé, un fort débit, un équipement peu conventionnel, un bruit assourdissant… autant d’éléments pour une très belle ambiance, unique, et pour moi franchement magnifique. L’air doux (il doit pouvoir faire très/trop froid!), des stagiaires très performants, un public idéal nous ont permis de partager une journée de canyoning parfaite, réjouissante!

Certification dans les Oules et Chichin

Ces deux canyons ont été repérés par les stagiaires le premier jour avant l’arrivée des publics. L’objectif est ici pour eux d’encadrer une de ces grandes courses en intégralité avec 2 ou 3 personnes, à nous d’évaluer  leur travail, d’en discuter et de statuer entre formateurs de la certification.

 

Bravo aux certifiés et bon courage aux autres pour le rattrapage!

 

des canyons aquatiques et sportifs : Caprie et les Oules

Les canyons haut-alpins sont connus pour offrir de belles verticales dans des paysages grandioses, mais certains regretteront l’absence de larges et/ou profondes vasques! Depuis plusieurs années nous proposons, pour répondre aux plus exigeants, des sorties en canyon sportif et aquatiques : le Rio sessi (Caprie) en Italie et depuis deux ans, au gré de conditions hydrologiques favorables, le torrent des Oules de Freissinières, un must français!

Retour en images sur des sorties de fin août dans ces deux canyons.

Les Oules de Freissinières

Réputé comme pour être l’un des plus beaux, il est souvent considéré à raison comme un canyon très exigeant, réservé aux amateurs…mais…

ici tout est question de débit

Pour éviter les trop gros débits, synonyme de dangers dans les nombreuses vasques de la partie supérieure, la pratique est bien souvent automnale, la course est alors bien souvent austère, glacée… réservée aux passionnés!
Depuis 2 ans, conséquence d’hivers secs, de faible précipitation estivale, dès le mois d’août on peut profiter de ce parcours unique sans s’exposer aux nombreux pièges des canyons aquatiques à fort débit.
Mais ne pas s’y méprendre, cela reste un canyon avec de l’eau, beaucoup, et l’enchainement des nombreux sauts, toboggans de la partie supérieure puis les incroyables rappels de la partie inférieure demanderont d’être bien en forme.

Pour les sportifs sans grande expérience, un échappatoire après la partie sup permet d’éviter la partie inf technique, réservée aux personnes aguerries en rappel.
Pour les sportifs  à l’aise avec la corde, le parcours intégral restera un grand moment!

Rio Sessi ou Caprie dans le piémont italien

Très tôt en saison ce canyon permet une très belle sortie complète à la fois ludique et sportive sur le versant oriental des Alpes. Tout y passe : des rappels, des toboggans, des sauts, des glissades en tout genre, des cheminements dans un chaos de blocs… le tout dans une eau tiède aux reflets verts, dans un environnement baigné de verdure et de rocher.

Une sortie sportive (plus de 4 heures d’activité avec une belle distance à parcourir) à partager, l’auberge en fin de parcours participe toujours au dépaysement de cette journée italienne.

Grandes voies sur le calcaire du Val de Durance

Plusieurs séjours escalade en grande voie ce printemps et ce début d’été, l’occasion de revenir sur quelques itinéraires parcourus sur les parois calcaires du Pays des Ecrins et du Guillestrois.

Vallée de Freissinières

Aiguille de Freissinières, Ombres et Lumières (voir article) : une première approche de la grande voie idéale, après un départ bien raide en 2 longueurs (on peut aussi commencer tout doux dans la Dalle Magique), des longueurs plus ou moins proches de l’arête aérienne (à choisir selon le moral) s’enchainent. S’en suit selon l’envie un enchainement de rappel ou un retour à pied.

Gorges de la Biaysse : la zone la plus avale du torrent de la Biaysse est une gorge très encaissée (dans la partie en canyon le soleil n’y pénètre pas), sauvage, offrant de nombreuses possibilités pour l’escalade. La face nord de hauteur modeste (100m), permet de grimper en été à l’ombre, dans la fraicheur et le murmure du torrent.
Gorges Profondes
  (voir photos) : la plus facile, homogène et plaisante
La voie à Bada (voir photos) : même niveau que la précédente, moins homogène
Coule à Pic : un peu plus soutenue pour L1 et L2, un très beau mur en 6b agréable à grimper
Les Hirondelles : la plus vieille, longtemps oubliée, remise au goût du jour et rééquipée… se méfier de L2 en fissure plutôt arrondie!

Vallée du Fournel

Une vallée résolument tournée vers l’escalade : des secteurs de couenne récents et durs, des secteurs de couenne anciens et durs, un secteur d’initiation face nord, et un secteur pour la grande voie face sud. Dans cette dernière certes courte (120m max), le rocher est globalement superbe et varié : du gris pas facile à grimper dans le socle, des gouttes d’eau et du très sculpté ailleurs, à l’ombre les matins d’été, au soleil au cœur de l’hiver, toute l’année on peut y grimper!

Deux classiques abordables et très recommandables de la face sud :
Transdalle express (topo C2C) :  la plus abordable sans doute, et la plus agréable dans le niveau 5c. Deux pas difficiles si vous êtes un peu limite mais toujours équipés pour passer en s’aidant du point: le tout début de L1 dans le socle gris -un pas d’adhérence- et le 6a de L4 où il faudrait savoir griffer un pied gauche.

La porte du ciel (topo C2C) : légèrement plus soutenue que la précédente, elle remonte une ligne évidente de dièdres sur la gauche. Le crux bien fin de L3 est bien équipé, il demande calme et précision sur les pieds. Une voie de 1980, un rocher très peu usé, à l’ombre un peu plus tard en été.

Vallée de Tramouillon

Ici, de la confluence avec la Durance au plus haut sommet, les parois calcaires s’enchaînent et font, depuis de nombreuses années, le plaisir des grimpeurs locaux comme de ceux de passage.
La falaise du Ponteil est sans doute la plus connue  avec ses secteurs de couenne (et le renouveau par le club Hot-Roc) et ses nombreuses envolées de 100 à 200m (ici aussi il y a eu du renouveau ces dernières années).

La Martine (photos) : la plus connue sans doute, la plus photographiée… en y retournant ce printemps, comme toujours, je me suis dit que c’était vraiment superbe, un grand bonheur, incontournable! (le crux de L4 passe maintenant très bien à gauche, sur une plaquette neuve!)
FOMEC (photos)
Délit de grattage : une des dernières nées sous le perfo de JMC, une voie idéale pour s’initier (équipement abondant et rassurant, beau rocher, longueur modérée, descente en rappel possible tout le long)

Chas de l’Aiguille

dernier avatar destiné… à satisfaire les amateurs de petites voies tranquilles et bien équipées – JM Cambon

On frôle les 200m quand même… et on parcourt de bien belles longueurs. Le manque d’ampleur du aux vires entre les beaux bastions pourra décevoir certains, mais le panorama et les très beaux moments de grimpe raviront les autres!
Chas-Pristi : quelques longueurs peu intéressantes (mais pas désagréables) et pour le reste que des bonnes surprises (qualité du rocher et de l’escalade)… mention spéciale pour L3, L5(grandiose) et L7 (fragile mais superbe)
Chas-Rivari : plus soutenue que la précédente, avec une mention toute spéciale pour le 6b de L5 dans lequel il faudra rester concentré longtemps.

Découvrir la grande voie dans les Hautes-Alpes ou ailleurs, c’est par ici

Enfin, pour la grande voie tout particulièrement, le topo de JM Cambon, édition 2015, Oisans Nouveau, Oisans Sauvage – Livre est, la bible.

 

 

Escalade : de la salle aux falaises des Hautes-Alpes

Retour sur un séjour autonomie en falaise de 4 jours sur les falaises des Hautes-Alpes en mai. (page du séjour Hautes-Alpes)

Envie de retourner en falaise après une première expérience peu concluante, besoin de se familiariser avec l’essentiel de la sécurité, avide de conseils pour aborder sereinement l’univers de la grimpe en rocher naturel… les stagiaires de ce séjour avaient en commun une expérience et une pratique de l’escalade en salle et la même envie de s’ouvrir l’horizon de l’escalade outdoor.

Lire la suite

Paroi de galets : escalade aux Météores

Dans mon panthéon des lieux mythiques et fantasmés pour l’escalade, les Météores avaient une place première : un vieux poster de grimpeur en collant, quelques images de James Bonds  – souvenirs d’enfance – et des vues des monastères plantées sur des pitons rocheux s’étaient incrustés dans mon imaginaire et ont très certainement participé à attiser mon appétit de grimpe. Lire la suite