Séjour escalade Calanques : un printemps en 6b max

Retour sur une semaine d’escalade dans les Calanques, en grande voie avec Julien, Loïc et Daniel… merci à eux de leur confiance.

Le nouveau topo des Calanques, tant attendu, est sorti depuis février… à acheter, parcourir, dévorer

L’incontournable Sormiou

Pour bien débuter en grande voie, découvrir l’ambiance, les techniques, les faces sud de la calanque de Sormiou sont idéales : des itinéraires pas trop longs (150m max), pas très raides (toujours une vire pour un relais confortable) et de belles longueurs du 4 au 6b max.
On peut à loisir enchainer les longueurs, s’essayer au rappel, parcourir un secteur puis basculer sur un autre l’après-midi (voire rejoindre la face est du bec qui sera à l’ombre les après-midi chaudes). A ce jeu, nous avons parcouru deux voies cette fois avec à chaque fois un départ presque les pieds dans l’eau.

La Panthère Rose, secteur Archipel : une nouvelle voie bien équipée qui parcourt de beaux murs blancs sculptés. Le départ se fait du premier relais de l’Hallu Nulle. Toutes les longueurs sont agréables à grimper avec une mention particulière pour la dernière (5c) et sa superbe traversé sous des surplombs.

Connexion Dark Side of the Moule / On est toujours trop bon avec les femmes, secteur Dièdre Guem. Ici selon l’humeur, le niveau…. il est possible de faire de multiples combinaisons. Le 6b du bas pour voir ce que c’est un mur blanc à petites prises (avec toujours la possibilité pour peu que l’on sache grimper sur les pieds, de voir venir). Les 3 longueurs de On est… sont superbes, la L2 laissera des souvenirs.

Comme à chaque séjour escalade Calanques, des découvertes et une escalade toujours variée, que ce soient dans les classiques ou hors des sentiers battus,
toujours de quoi revenir l’oeil lumineux, brillant de bleu!!

Grandes voies au Cap Canaille

A chaque séjour, il est bien difficile de ne pas se laisser tenter par les falaises du Cap Canaille. Ici on le rappelle, la grimpe est incroyable sur un (des!) rocher inimaginable. Tous les itinéraires sont vraiment raides mais les prises foisonnent la plupart du temps, l’équipement est souvent abondant, et voilà une escalade jamais très difficile. Même si les cotations souvent frisent le 6sup voir le 7a, regardez bien les cotations obligatoires, proches de 6a/6b pour de nombreuses voies, les passages difficiles sont très bien équipés!
Avec des accès courts à inexistants, il est tout à fait possible d’enchainer les voies et de rester au soleil ou à l’ombre.

Ciao Bella, Secteur Ciao Bella. Une grimpe toujours plus plaisante sur un grès aux formes douces et agréables; un plaisir de plus en plus grand au fur et à mesure des longueurs et ça commence déjà très bien, sans conteste une des très belles voies dans ce niveau!

Bourreur de Rousse, secteur Ouvreur de Bouse, deuxième visite de l’hiver pour un plaisir aussi intense que la première fois; prévoir l’enchainement des 2 dernières longueurs pour une fin en apothéose, ce serait dommage de ne pas en profiter (18 paires ou un peu d’engagement).

Du sauvage au cœur du massif

Quand on pense aux itinéraires sauvages des Calanques, bien souvent les falaises du Devenson, de l’Eissadon (comme ici au pilier est), de Castelvieil (Secteur des 3 oeufs ou Jibbis par exemple) viennent à l’esprit. Au départ de Luminy, nombreux sont ceux à rejoindre la Candelle ou le Socle; non loin de ces dernières, la Concave, autrefois plutôt réservée aux grimpeurs confirmés, est aujourd’hui devenue très accessible grâce au rééquipement et ouvertures. Avis, à l’ombre jusque 14h30!!!

LOeil de Sauron, secteur Arête du Diable : seul au monde sur ce pilier attirant – des difficultés assez homogènes, des longueurs variées et un final bien aérien nous ont ravi. Les voisines ont l’air tout aussi belles!
Voie de la Concave, au coeur du monstre. Traverser toute cette immense conque pour ensuite gagner plein vide le haut des murs qui la bordent, sur le papier un très beau programme et dans les faits, un très bon choix, sans compter que le 6a+ de sortie, c’est de la vrai grimpe dans une ambiance fabuleuse. Millésime 1942 à recommander!

Enfin, nous avons fait une courte visite au Promontoire des Américains, un étage intermédiaire, encore le royaume de personne.
La cheminée du Patron, 3 longueurs à protéger presque intégralement (une L1 facile et friable, une L2 intérieure puis extérieure et enfin une L3 grande envolée). Si l’on ajoute à cela les voies équipées de part et d’autre (superbe 7b de crochet piégé!), voilà encore un secteur qui mérite largement le détour (et la vue, pfffff!).