Grandes voies sur le calcaire du Val de Durance

Plusieurs séjours escalade en grande voie ce printemps et ce début d’été, l’occasion de revenir sur quelques itinéraires parcourus sur les parois calcaires du Pays des Ecrins et du Guillestrois.

Vallée de Freissinières

Aiguille de Freissinières, Ombres et Lumières (voir article) : une première approche de la grande voie idéale, après un départ bien raide en 2 longueurs (on peut aussi commencer tout doux dans la Dalle Magique), des longueurs plus ou moins proches de l’arête aérienne (à choisir selon le moral) s’enchainent. S’en suit selon l’envie un enchainement de rappel ou un retour à pied.

Gorges de la Biaysse : la zone la plus avale du torrent de la Biaysse est une gorge très encaissée (dans la partie en canyon le soleil n’y pénètre pas), sauvage, offrant de nombreuses possibilités pour l’escalade. La face nord de hauteur modeste (100m), permet de grimper en été à l’ombre, dans la fraicheur et le murmure du torrent.
Gorges Profondes
  (voir photos) : la plus facile, homogène et plaisante
La voie à Bada (voir photos) : même niveau que la précédente, moins homogène
Coule à Pic : un peu plus soutenue pour L1 et L2, un très beau mur en 6b agréable à grimper
Les Hirondelles : la plus vieille, longtemps oubliée, remise au goût du jour et rééquipée… se méfier de L2 en fissure plutôt arrondie!

Vallée du Fournel

Une vallée résolument tournée vers l’escalade : des secteurs de couenne récents et durs, des secteurs de couenne anciens et durs, un secteur d’initiation face nord, et un secteur pour la grande voie face sud. Dans cette dernière certes courte (120m max), le rocher est globalement superbe et varié : du gris pas facile à grimper dans le socle, des gouttes d’eau et du très sculpté ailleurs, à l’ombre les matins d’été, au soleil au cœur de l’hiver, toute l’année on peut y grimper!

Deux classiques abordables et très recommandables de la face sud :
Transdalle express (topo C2C) :  la plus abordable sans doute, et la plus agréable dans le niveau 5c. Deux pas difficiles si vous êtes un peu limite mais toujours équipés pour passer en s’aidant du point: le tout début de L1 dans le socle gris -un pas d’adhérence- et le 6a de L4 où il faudrait savoir griffer un pied gauche.

La porte du ciel (topo C2C) : légèrement plus soutenue que la précédente, elle remonte une ligne évidente de dièdres sur la gauche. Le crux bien fin de L3 est bien équipé, il demande calme et précision sur les pieds. Une voie de 1980, un rocher très peu usé, à l’ombre un peu plus tard en été.

Vallée de Tramouillon

Ici, de la confluence avec la Durance au plus haut sommet, les parois calcaires s’enchaînent et font, depuis de nombreuses années, le plaisir des grimpeurs locaux comme de ceux de passage.
La falaise du Ponteil est sans doute la plus connue  avec ses secteurs de couenne (et le renouveau par le club Hot-Roc) et ses nombreuses envolées de 100 à 200m (ici aussi il y a eu du renouveau ces dernières années).

La Martine (photos) : la plus connue sans doute, la plus photographiée… en y retournant ce printemps, comme toujours, je me suis dit que c’était vraiment superbe, un grand bonheur, incontournable! (le crux de L4 passe maintenant très bien à gauche, sur une plaquette neuve!)
FOMEC (photos)
Délit de grattage : une des dernières nées sous le perfo de JMC, une voie idéale pour s’initier (équipement abondant et rassurant, beau rocher, longueur modérée, descente en rappel possible tout le long)

Chas de l’Aiguille

dernier avatar destiné… à satisfaire les amateurs de petites voies tranquilles et bien équipées – JM Cambon

On frôle les 200m quand même… et on parcourt de bien belles longueurs. Le manque d’ampleur du aux vires entre les beaux bastions pourra décevoir certains, mais le panorama et les très beaux moments de grimpe raviront les autres!
Chas-Pristi : quelques longueurs peu intéressantes (mais pas désagréables) et pour le reste que des bonnes surprises (qualité du rocher et de l’escalade)… mention spéciale pour L3, L5(grandiose) et L7 (fragile mais superbe)
Chas-Rivari : plus soutenue que la précédente, avec une mention toute spéciale pour le 6b de L5 dans lequel il faudra rester concentré longtemps.

Découvrir la grande voie dans les Hautes-Alpes ou ailleurs, c’est par ici

Enfin, pour la grande voie tout particulièrement, le topo de JM Cambon, édition 2015, Oisans Nouveau, Oisans Sauvage – Livre est, la bible.