Moniteur d’escalade en recyclage

Depuis quelques années, les moniteurs d’escalade ont  pour obligation de se recycler tous les 6 ans. L’occasion pour moi de faire un point en passant sur notre métier et ses évolutions, ou essayer de dire un peu de ce qu’est notre travail.

Le recyclage : pour quoi faire?

Au terme d’une formation riche (escalade, canyon, enfants, adultes, personnes en difficultés, en couenne, en salle, dans les arbres, en club…) nous avons tous commencé notre parcours professionnel en tant que moniteur d’escalade. Ces parcours sont variés dans la fréquence de travail, les publics rencontrés, les supports utilisés, les statuts – du saisonnier pluri-actif qui encadre principalement des particuliers dans une pratique ludique estivale (beaucoup en canyon) aux indépendants qui passe leur année en salle ou sur le rocher avec des clubs, des scolaires…

Premier constat, pour la plupart, nous sommes travailleurs indépendants et du même coup chefs d’entreprise… et peu préparés à l’être il me semble. Le recyclage permet de disposer d’éléments pour se confronter aux réalités administratives, juridiques, fiscales…

Deuxième constat en forme de rappel : notre environnement de travail nous place au plus près de situations potentiellement dangereuses pour lesquelles nos compétences techniques peuvent et doivent être déterminantes. Ce recyclage permet de revoir des modes d’intervention d’urgence, nous garantissant ainsi non seulement de pouvoir intervenir en toute sécurité mais aussi vite, parce que toujours prêts au bon geste.

Les évolutions du métier

Pas de surprises majeures mais les traces d’une société de plus en plus normatives, pour laquelle le cadre se resserre pour assurer le plus de sécurité en devenant sécuritaire. On vend des assurances ! un muscle ou un os froissé dans un environnement dans lequel, j’en suis convaincu, ce n’est pas inadmissible, et là tout bon et même très bon moniteur que vous soyez, ce ne sera peut être pas vos compétences techniques ou votre geste juste qui vous exonèrerons d’être inquiété ou poursuivi. Face à cette tendance qui, en exagérant (mais j’adore ça!), nous indiquera bientôt la liste unique et minimale de matériel à avoir sur soi pour encadrer légalement (elle existe presque déjà), la libéralisation presse (déréglementer les formations, qu’enfin elles entrent pour notre métier dans le champ concurrentiel!)

plus de normes, plus de contrôles, plus d’experts…

Deux tendances paradoxales au premier abord : libéraliser et réglementer! et bah non, deux outils d’une même vision, celle du marché, de la marchandise, des devises, des transferts d’argent, du flux… et notre métier, c’est entendu, n’y échappe pas.

Toujours motivé

J’ai retrouvé et rencontré une quinzaine de professionnels pendant ce recyclage : tous passionnés et c’est très stimulant.

Les injonctions normatives sont pour moi, dans mon travail, à faire taire. Bien entendu, je me conforme aux règles justifiées comme injustifiées, pour encadrer dans les meilleures conditions et garantir à moi comme à mes clients une pratique sereine.

Pour le reste, dans l’escalade, chacun a la sienne… d’expression, de pratique, d’allure, de règle du jeu…

et quelques photos de la Calanque de Sormiou pour vous inviter à venir découvrir ce bout du monde à portée de main.